Ce dernier était secondé par un guerrier de rang supérieur, lui-même assisté par trois guerriers de rang intermédiaire ( pêchin ).
La mission de présentation de compliments de 1842, fit halte à Satsuma et remonta jusquà Edo où elle régala ses hôtes et leurs offrit du théâtre chinois.Vodafone zeige SMS-Kurzwahlen für andere Länder).Elle est simplement nommée ainsi, car en okinawanais le terme tû désigne également ce qui était étranger aux Ryûkyû (v.Archive des familles Xiang.Illustration 6: Hefan Détail de «Ryûkyû kabu zu no maki».Ce dernier a très certainement raison, mais il nous semble, au regard des documents cités au cours de notre développement, quil est possible denvisager les choses différemment.
Les représentations de pièces de théâtre chinois Pareillement aux danses des Ryûkyû, le théâtre chinois tû udui possédait une finalité qui donnait du sens à ses représentations.
Il est évident que les termes de ryû udui ou kyû udui ont été forgés pour être mis en corrélation avec ceux de tû udui ou han udui.Imposante, on ne peut que lécouter à pleine univers broderie code promo oreille.«Jiang Shi» est une autre pièce se déroulant au Sichuan qui met, à linstar des précédentes, en valeur une des vertus confucéennes, en loccurrence la piété filiale et a été ajoutée à la série mentionnée ci-dessus.On peut donc supposer que des pièces dramatiques, qui avaient été transmises aux Ryûkyû par lentremise des différentes missions Chinoises, avaient sans doute été étudiées par la communauté du Fujian, nommée les trente-six familles, résidant au village de Kume.15 Le 6e jour de la 5 lune de la 54e année de lère Qianlong (1789 en raison de la mission dirigée par le Prince de Ginowan à Edo, Mao Shenwei reçut lordre doccuper le poste de maître de musique.Summary Jean-Charles Juster, Institute of Researches of Okinawa Culture, Hosei University, Tokyo.


[L_RANDNUM-10-999]