populaire concours dactylo

Comme le personnage de Romain Duris, on craque tous pour elle.
Déborah François a été l'évidence pour tout le monde.
Pour imaginer cette comédie sentimentale rétro dans la France de 1958, Régis Roinsard sest inspiré de son histoire familiale et dun documentaire sur des championnats de dactylos de lépoque : «Pour le rôle de Rose, jai pensé à toutes ces liste de cadeaux de noël femmes qui, dans les années 50, voulaient.C'est chose faite avec.Romain Duris ) lors de son entretien d'embauche au poste de dactylo au sein du cabinet d'assurances Echard fils.Exit la fille un peu gauche, Rose devient une femme accomplie, affranchie de lautorité masculine.On est alors plus près.Bonjour, je mappelle Rose Pamphyle, avec. .
Ce héros de la Résistance a le «mon chou» facile.
En voyant ses doigts qui galopent sur le clavier, Louis lui fait une propositionSi elle veut le poste, elle devra participer à des concours de vitesse dactylographique.» Cette phrase anodine, prononcée avec une pointe de timidité par Déborah François, a aussitôt séduit le réalisateur Régis Roinsard alors quelle se présentait devant lui pour le casting.Avec: Romain Duris, Déborah François, Bérénice Bejo. .Et l'intéressé de répondre du tac au tac: «Enfin, si vous travaillez pour moi, vous ferez simplement le tour de Lisieux!».Une esthétique à la "Mad Men" "Alain et moi voulions une facture moderne qui ne verse jamais dans la nostalgie.C'est décidé: il sera son Pygmalion.Avec leur look stylé à la Mad Men, Romain et Déborah nous offrent un charmant clin dœil aux comédies de lâge dor dHollywood : Comment épouser un millionnaire ou My Fair Lady, film avec lequel Populaire a une filiation évidente.Le cinéaste-scénariste avoue quen écrivant cette histoire dune oie blanche de Lisieux poussée par son patron assureur à devenir championne du monde de dactylographie, il ne savait pas du tout si le film prendrait le chemin dun drame ou dune comédie.



C'était elle Rose Pamphyle.».
Il a rencontré Régis Brouard, lentraîneur du club de foot de lUS Quevilly, finaliste de la Coupe de France en 2012 : «Jai pu voir comment il parlait à son équipe : tout est une question de dosage dautorité.» Au-delà du spectacle offert par les scènes.
La Rocky Balboa du clavier, «incarner Rose est un cadeau.


[L_RANDNUM-10-999]